Pour le 10ème anniversaire de Facebook, VDD fait le point sur les actions du célèbre réseau social pour lutter contre le réchauffement climatique et réduire son impact sur l’environnement.

Facebook : Le 2ème pays du monde

Créé en 2004 par Mark Zuckerberg, Facebook était alors réservé aux étudiants de l’université d’Harvard. Quelques années plus tard, la plateforme se démocratise et devient accessible à tous.

En quelques chiffres :

  • 2,701 milliards d’utilisateurs mensuel (35 millions en France)
  • 20 milliards de messages envoyés mensuellement sur Messenger
  • 6 nouveaux profils créés chaque seconde
  • 4 millions de likes par minute

Si Facebook était un pays et ses utilisateurs des habitants, il serait le 2e pays le plus peuplé du monde après la Chine

Quel est l’impact de Facebook sur l’environnement ?

Avec le boom de l’utilisation d’internet depuis les années 2000 et un nombre d’utilisateurs qui ne cesse d’augmenter, le secteur du numérique à atteint aujourd’hui plus de 4% des émissions de C02 mondiales… Et ce chiffre ne risque pas de chuter d’aussi tôt. 

Avec la diversification des contenus proposés sur la plateforme (photos, vidéos, gifs) et l’apparition de nouvelles fonctionnalités pour s’aligner à la concurrence, le réseau social à largement augmenté la création de contenus et plus particulièrement : la création de données.

Datas-Facebook

On estime que les internautes passent en moyenne 34 minutes par jour sur Facebook. Durant ce lapse de temps l’utilisateur :

  • Regarde son fil d’actualité
  • Visite les profils des personnes et marques qu’il suit
  • Like, commente ou partage des publicitations
  • Discute avec ses amis sur Messenger
  • Etc…

C’est ainsi que chaque jour, pas loin de 4,75 milliards de contenus sont ainsi partagés sur le réseau social. Ces données produites par les utilisateurs ont un coût !

Les données Facebook VS L’environnement

Toutes les données sont recueillies et stockées par l’entreprise dans ce que l’on appelle des Datas Farms (‘ferme de données » en français). Ce sont de grandes entrepôts qui regroupent beaucoup (beaucoup) d’ordinateurs qui stockent, traitent, émettent et analysent toutes les données du réseau social.

Ces entrepôts sont évidemment très énergivores car il faut alimenter des ordinateurs sur-puissants mais aussi les refroidir, assurer une connexion internet très puissante, etc… C’est pourquoi ces Datas Farm sont très souvent pointées du doigt.

Quand Facebook se met au vert

Conscient de son impact écologique, Facebook a décidé de déployer une réelle stratégie environnementale :

Les actions déjà mises en place 

En 2018, l’entreprise avait annoncé son ambition de réduire de 75% ses émissions de gaz à effet de serre pour fin 2021 et son projet de passer à une consommation 100% renouvelable d’ici 2030. En Juillet dernier, Facebook a ainsi dévoilé, à travers son bilan de ses empreintes énergétiques, avoir réduit de 59% ses émissions de gaz à effet de serre et être arrivé à près de 86% d’énergies renouvelables sur l’ensemble de ses activités.

Impact Data center Facebook environnement

Pour atteindre des objectifs toujours plus ambitieux, Facebook a décidé d’installer ses Datas Farms dans des lieux stratégiques. En effet, c’est à Odense, une petite ville au Sud Est du Danemark que Facebook a décidé d’installer l’un de ses datas center. L’idée ? Recycler la chaleur produite par ses ordinateurs en la redistribuant aux foyers, tout en se servant de l’air frais local pour refroidir naturellement les Datas Farms.

Facebook a été reconnu comme étant le 1er acheteur d’énergies renouvelables aux USA et le 2nd au niveau mondial (par l’association Américaine Renewable Energy Buyers Alliance).

Les objectifs et ambitions de Facebook pour demain

Facebook a déjà fait part de ses ambitions avec notamment pour objectif de construire un parc solaire au Texas. Ce projet, nommé Solar Prospero, pourrait alimenter en électricité près de 300 000 foyers Américains.

Solar Farm Facebook

Mais le géant Américain ne s’arrête pas là, il a également accéléré son projet de restauration des eaux entre l’Oregon et le Nouveau-Mexique : près de 206 000 mètres cube d’eau seront reconstitués par an. L’entreprise prévoit également d’atteindre zéro émission nette sur l’ensemble de son activité d’ici 2030  !

Des objectifs que nous leurs souhaitons d’atteindre ✊ ♻️!