Pour la Semaine de la Terre, VDD dresse 5 gestes éco-friendly pour limiter ta pollution numérique et ton impact sur l’environnement 🌍

1. Acheter du reconditionné

On ne le répétera jamais assez, la fabrication initiale des produits High-Tech n’est pas sans impacts sur l’environnement. À elle seule, cette étape concentre 90% des émissions de gaz à effet de serre sur la totalité du cycle de vie du produit. Sans parler de l’épuisement des ressources non renouvelables comme l’eau et les énergies fossiles, la pollution des eaux et la destruction des sols pour extraire les minerais nécessaires.

Smartphones-reconditionnes

Le geste qui sauve :  Changer de smartphone peut être tentant mais n’est pas sans impact. Et si vous optiez pour un smartphone reconditionné ? Moins chers et éco-friendly, ces téléphones remis à neuf & garantis, épargnent bons nombres de ressources à la planète.

2. Ne pas laisser son téléphone charger toute la nuit

La plupart d’entre nous rechargeons notre smartphone toute la nuit pour bénéficier au petit matin d’une batterie à 100% et attaquer la journée à bloc ! Aie aie aie, quelle erreur de débutant… Non seulement ta batterie risque de s’abîmer mais tu consommes également bien plus d’énergie que nécessaire.

laisser-son-telephone-charger-toute-la-nuit

Le geste qui sauve :  Pour une recharge complète de ton smartphone, seulement quelques heures suffisent. Si tu souhaites augmenter la durée de vie de ta batterie il est également conseillé de garder une charge entre 30 % et 80 % et de ne pas attendre que ta batterie tombe complètement à plat pour procéder à la recharge. On reviendra vers toi rapidement avec un bel article sur les cycles des batteries 👌.

3. Nettoyer sa boite mail régulièrement

Et si on faisait un petit tour par ta boîte mail ? Un e-mail standard génère environ 4 g de CO2. Ajoutes-y le nombre de destinataires, le poids des pièces jointes et le temps de stockage et son bilan carbone explose.

Nettoyer-sa-boite-mail-régulierement

Les mails non supprimés restent stockés sur des serveurs et consomment ainsi de l’énergie. Un courrier électronique abandonné dans ta boite mail pendant un an génère 10 g de dioxyde de carbone supplémentaires.

Le geste qui sauve : Pour commencer, évite l’envoi de mail inutile et/ou privilégie d’autres moyens de contact tels que le téléphone ou les messageries instantanées. Fais le tri et vide régulièrement sa corbeille d’emails. De nombreuses applications gratuites comme Cleanfox repèrent les spams et les newsletters indésirables et proposent aux utilisateurs de les supprimer en un clic.

4. Limiter l’utilisation du cloud

Le Cloud a incontestablement révolutionné notre utilisation d’internet. Vidéos en streaming, plateformes de travail collaboratif, stockage de documents et de photos : absolument tout y passe ! Pourtant, le recours massif à ces services de stockage en ligne pèse lourd sur la balance et sur l’environnement.

Limiter-l'utilisation-du-cloud

Contrairement à ce que l’on peut croire, les données ne sont pas stockées dans un « petit nuage ☁️ » mais dans des data centers très gourmands en énergie et en eau 🖥️💧🖥️💧🖥️💧🖥️💧🖥️💧.

Le geste qui sauve :  Idéalement, il vaudrait donc mieux stocker localement ses données pour éviter les allers-retours entre ton ordinateur / smartphone / TV et les serveurs qui demandent beaucoup d’énergie. Alors, on ressort le bon vieux disque dur externe, les clés USB, disquettes et cassettes pour y stocker tous nos vieux documents et les plus encombrants en local !

5. Utiliser un moteur de recherche éco-responsable

Beaucoup l’ignore, mais nos recherches sur la toile polluent. Une simple recherche Google émettrait près de 0,2g de CO2. Multiplie ce chiffre par les quelques 80 000 requêtes par seconde… oui, ça donne très vite le tournis 🤪.

Moteur-de-recherche-ecofriendly

Le geste qui sauve : Utiliser des moteurs de recherche alternatifs aux énergivores comme Google ou Yahoo. Ecosia, Lilo ou encore le moteur de recherche made in France Ecogine sont d’excellents moyens pour réduire notre empreinte numérique et naviguer en toute tranquillité ! Deuxième astuce, en tapant directement l’adresse internet dans la barre d’adresse, on divise par quatre les émissions de gaz à effet de serre générées !